Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 18:35

 

desert03

 

Géomanies : Afrique

 

Ô Paix, 

riz très précieux dont les Dieux agréerent nos terres jusqu'à la plus fantastique opulence,

tu ne fus pas conçue pour ce continent.

Tu ne crûs que pour nous, les blafards.  Ou plutôt, tu crûs ici pour que l'on meure là bas de ton absence,

et comprenne que ce monde est le grand impassible.

 

Ô Paix, tu n'allas pas au delà de cette mer.

Tu voulus tes grains circonscrits en ce lieu précis.

Au delà, tu voulus la mort, la torture mystérieuse et ses mille maux ambigus.

 

La mort ! Y tanne, y tanne comme un sourd le grand bâton de l'ironie sur tous les dos des tribus

déjà zébrées d'esclavage parmi savanes, sables et forêts.

Malheur et Damnation sont les deux saouls danseurs qui mènent la triste ronde de ta destinée, Afrique !

Jamais tu ne pourras un jour récap (Vertement le Mal hystérique, le Mal à huit bras assomme, alite le narrateur, et assène, égal, le martyr sans alibi qui va aiguisant, biseautant les souffrances des troupeaux de chair d'ébène sous le ciel éternellement complice)

... Récapituler tes malheurs pour en faire le tri : continent calciné du martyr sans fin.

 

Les os totalement rongés par d'impudiques vautours, c'est encore trop peu pour vous nuées d'èbène  hâves

blotties dans vos masques dogons impuissants :

 

Robustes masaïs, pygmées subtils, pieux touaregs : vous voici enfin réunis dans le cloître de votre extermination

au ralenti : la mer vous a cerné, que tout concoure à vous immoler !

 

Maladies miasmes, marabouts de gie, boue, tigres, crocs, dents, dards

moustiques et Sida,

suprême Sida bourreau inexpugnable de l'intérieur hydre parfaite,

que ce vase si lent défèque sur vous le supplice !

 

Ingambes inutiles, enfants en loques, aux ventres gonflés de désespoir, guanges aux lagons de pourriture,

macchabées nimbés de mouches, dont les faucons gobent les yeux sans repos,

les pupilles, sèchent, elles, dans l'estomac des lycaons affamés,

et dans le fémur de vos vieux sages, vos fémurs étriqués gnaquent éperdues les hyènes épileptiques,

 

mille millions de gisants sur une terre gercée d'aridité,

plateau faisandé servi le jour à la gueule brûlante du Soleil,

la nuit aux dents de métal jerricane des étoiles crues,

 

amas, rocs tranchants des regs en constant regain de chaleur,

 

Afrique, afrique, je t'empalude,

je pends tes griots aux baobabs et réinjecte de la vie dans tes cadavres

pour reprendre plus soigneusement ton massacre,

pour l'approfondir encore,

allonge- toi grande dodue fatiguée, vénus hottentote vérolée, présente moi tes entrailles

que j'y ptérodactyle à plein bec dans les crânes ouverts de tes fils 

cervelles jeunes et exquises picorées jusqu'à la poussière des poussières,

 

et que les lacs ne libèrent, hyalins inacessibles, pas une goutte, pas une goutte de leurs larmes

pour humecter ton chagrin, et laisse la disette travailler à réhausser leur valeur.

 

Et si les lacs parlent ce ne sera que pour vous réduire tous au silence, lassés de vos gémissements.

 

Afrique, ma dague à scarifications n'est jamais repue de t'ouvrir, de te marquer, n'est jamais repue de ton sang

et de ta famine,

 

Marteaux, golems de glaise te martèlent en tous sens jusque l'apoplexie,

 

Allons debout, Afrique, debout ! Round dix de ton supplice !

 

Crève, craque, ploie, que te bâffrent les économiques enzymes ! Bas, bouées de tripes flottant en nuée

sur le fleuve de ton histoire de bouc émissaire qui paie les pots cassés par l'histoire du monde,

ton histoire qui est loin d'être finie, car l'addition est encore loin d'être réglée,

nous sommes encore très en deça du total, en deça ! Ô tomes époustouflants de ta douleur à rédiger des siècles

et des siècles,

 

et les Dieux seuls savent quels futurs dégâts nargueront ton agonie gériatrique et qui n'en pourra plus de cette éxécution interminable au cimetières des éléphants innocents !

 

Vanité que vous petits cénobites sauveteurs apitoyés de l'Eglise êtes venus répandre en ces pays exsangues,

votre Dieu n'est qu'une bonne femme aveugle, vos petits barrages de castors mystiques qui croient pouvoir retenir

les mégatonnnes de torrents sanguignolents que déverse la misère avec des poings creux et des missels

et des dispensaires dérisoires , petits cénobites retenez j'intime :

 

"Où gants, dars et mitrailleuses règnent en maîtres,

bure qui n'a, fat, sot, n'est plus bure et périt la bouche pleine de scorpions "

 

Ici Jésus termina mi-bique mi-lion à participer comme les autres au grand festin nécrophage

fol l'appétit des hippopotames, tant nézanies qu'avanies

 

et vous femelles rachitiques traînant sur les chemins sans buts dans vos boubous déchirés, le sein tari et les épaules pleines de marmots hagards :

que des tchadors d'épine vous enferment comme des vierges de fer !

 

et vous femelles moelleuses et rondes qui n'avez pas vue la faim vous encercler tandis que vous pilliez le manioc,

grosses alanguies nées pour multiplier le désastre,

grosses alanguies nées bis, tôt rient, haltes de volupté, vos vagins balafrés par la honte allez pondez, pondez

égorgez gorets publics, sang, trafic, haine,

monstrueux affres, hic du Sud effaré ,

Safari d'extinction, moignons bric à brac, heure où ne luisent plus aucuns sémaphores de liberté,

et jeeps aux roues en dalles d'acier écrasant des autoroutes d'yeux exorbités, de côtes d'ivoire en miettes,

et que les bottes soient naturelles au piétinement

pour que se perpétue (ni zyggourats ni mosquées n'y changeront rien)

la mécanique Céleste de tes menstrues de larves écoeurantes,

Ô reine et vierge Marie noire de l'Univers !

Ô reine et vierge Marie Noire de l'Univers, comble ton

appétit, hôpital honni gère l'apocalypse avec du miel sur les plaies béantes

 

Fais comme il te siéra léonine déesse : La Souffrance pour la souffrance ha !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans MON CRU
commenter cet article

commentaires

Nounedeb 16/04/2012 12:53

Lecture en apnée, j'en avais quand même vu quelques qui me firent sourire. Au vu des commentaires, (et sans aucun Atlas), en relisant le nez sur l'écran: 33. Les aurai-je tous trouvés? Ça irait,
plus la marée noire.
Je ne savais comment nous définir. Ben voilà: les blafards. Tout est dit.
Je me demande si "mégatonnnes de torrents sanguignolent" était dans la contrainte oulipesque.
Bref, ronron ne convenant pas ici, je jette un cri de hyène épileptique.

Langda 15/04/2012 17:22

Ben, j'avais perçu et apprécié la déclinaison de jeu de mots géographiques, si c'est ce dont tu parles, qui fait partie de l'ironie diabolique dont je parlais

Langda 15/04/2012 09:02

D'une ironie sataniste, dégueulasse comme les grolles crottées de boue des groupes humanitaires...
Occident Occident, n'as-tu pas pitié de tes obscurs congénères ?

poesie-et-racbouni.over-blog.com 15/04/2012 12:34



et j'observe que tu n'as pas percé à jour le secret technique oulipesque de ce poème !



Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives