Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 15:00

 

 

Jour de marché (insubmersible amour)

 

 

C'était jour de marché. Il était tôt, Il grêlait de l'ennui dominical, et les maigres rais de soleil le disputaient vaguement à la nuée grise dans l'éther. la bise frisquette d'octobre vagabondait.

 

Aux quatre coins de la place octogonalement cernée d'ypréaux malingres, de matutinaux vocalisateurs publics moldaves épaulés d'hauboïstes enfants de transnistrie, forts de leurs accordéons, dulcimers, derboukas, bouzoukis, ukulélés et ouds omanais, tous bigarrés, tous bizarrement accordés, grossoyaient incongrûment des complaintes vétustes en attendant l'envahissement populaire. Les éclopés et mendiantes roumaines se préparaient à leur pantomime humanitaire, sans vénusté aucune.



 

Les employés de voirie, indérangeables dans leur idéation viscéralement manuelle, même par la cacophonie moldave, étaient affairés à hourder parapets et murets pour le renouvellement urbain de céans. Ils étaient résignés d'être impécunieux; le plus jeune d'entre eux, un primesautier blondinet un peu bélître voguait vers la vingtaine; il crapotait un infumable havane d'une menotte inexperte, rêvant à l'immarscesible sourire qu'une mousmée brune et diaphane lui avait intaillé dans les cirvonvolutions une semaine aupparavant. C'était un fort souvenir pour un jeune homme si loin d'être insexué. L'aîné de la troupe, hirsute barbu vétilleux volubile salement enchâssé dans la combinaison orange fluo de rigueur et qui lui n'aspirait qu'à une machine à guillochis pour combler ses mornes fins de semaine, le tança un brin :



 

"méfiance, garçon, circonspection, cautèle ! les baisers des jeunes filles laissent d'indélébiles lésions intrathoraciques, l'amour est insane !"

 

 

Et le blondinet se recala le cigare en gueule, plus méditatif que jamais, pour reprendre le labeur agenouillé.



 

Sur la place, les mille marchands unanimes, eux les seuls pouvant larronner en jouissant de la tolérance imputrescible de la police de France, ancraient puis gréaient de ci de là les toiles de leurs mercantiles embarcations éternellement provisoires pour hameçonner tant et plus les badauds du jour et gonfler leur butin légal.



 

Il y avait là quelques anciens soudards et reîtres désormais fervents refourgueurs de verdure authentique, en bottes pourpres et pulls de laine, bonnetés à pompons,  les habituelles kebabistes grossettes qui ponçaient de guingois la venaison tournoyant au grésil, des bouchers hernieux aussi fiers des hampes de veau éparpillées sur l'étal devant eux que des hures de sanglier accrochées derrière eux, les poissonniers hiératiques qui déployaient languissamment sur le polystyrène la fraîche victuaille hauturière, turbots effarés, bracelets de calamars, espadons prodigieux et lottes bourgeoises, les fromagers honteux qu'une certaine race d'isopode xylophage puisse gambader subrepticement entre les odoriférants boulettes de l'avesnois, les casu marzus sardes et le bataillon habituel d'emmentals, goudas et mimolettes, les primeurs rivalisant d'uniformité dans leur cargaison d'arbouses, de kakis, de jujube, d'amélanche, et de durions vitaminiques, les paysans égorge-coq, les chiffoniers hypocondriaques se méfiant des vêtements, les oenologues hantées de robes clairettes, les puits de science vinique, les vagissantes moukères aux marmites de tlitli et au thé de nahnah, les vociférateurs de Jéhovah qui mettaient la grâce en promotion,

 

et devant le marché dômé, les caducs beautés blanchies, flétries, voilées de fichus, bientôt proches de la complète impotence, avaient les séants sis à quelques guéridons de fortune; elles ornaient leurs comptoirs d'hydromel, de froment, de confitures de cynorrhodon, de gruau en sachet, de conserves où prospéraient les toxines botuliques, de compotes de nèfle et de salsifis tout en causant infiniment d'implexes, tant de généalogie elles étaient férues.



 

Sauraient elles encore héler le vulgum pecus, ces obsolètes demoiselles vaticineuses, ou souffriraient elles d'impéritie vocale, comme se plaisaient à le souligner maints frauduleux maghrébins idiotifiés vendeurs de cornes de gazelles, de pains discoïdes et de pâtisseries étouffe musulmans, qui depuis des lustres cherchent à impétrer quelques passe droits irréfragables dans les parages ?



 

"Quel toupet d'exister, la viciation de notre république, ça commence à faire ! c'est qu'ils nous importent leur pétaudière, cette valetaille d'encapuchonnés ! A la fin quand cesserez vous de gueusailler par ici, bande d'impaludés, tas d'improbes inabrités ! retournez lambiner dans vos regs stériles, regagnez votre pandémonium de sable et bâffrez des fécès de dromadaire si vous dédaignez le verrat ! la politique du sire Hitler n'était pas raciste, mais vermivore !"

 

S'égosilla à leur encontre la plus matriarche, la plus chenue d'icelles, une virago dont le faciès archiridé et impétigineux à souhait effrayait les espiègles mouflets du quartier. Ses coups de sang partaient comme grisous au fond de la mine, car une nature vulcanite ne se dissimule point.



 

Sur la margelle de la large fontaine centrale, un rouquin pisse lyre germanophile amateur de pentamètres iambiques était acculé au kriss et au khandjar par un quarteron de ladres à la dentition ivoirine, parmi lesquels trois étaient sujets à une vomiturition aïgue, et dont le meneur itérait à tue-tête :



 

" Bien mal t'a pris de venir lanterner en ces lieux, toi le versificateur valétudinaire ! livre nous donc ton gousset ou nous t'incarcererons l'occiput dans ton propre fondement après t'avoir orné la figure d'un lacis de balafres et contraint de guéer tes frusques en le ci bassin! Aimes tu les chutes aqueuses par ce temps frisquet ?"



 

Tous attablés aux terrasses du salon de thé à la menthe, peut être frappés d'une mystérieuse interattraction, les hadjins grisonnants aux amples djellabahs contemplaient la scène d'une longuevue en lampant au bol leur lait grumeleux; ils se partagaient une sagesse irrétrécissable, ou plutôt irrépréhensible, qui s'était fortement invétérée avec les ans. Parmi eux, tel vieux kabyle était ingénument surnommé l'"intramontagnard" par ses comparses aquafortins, albirrois ou bougiotes; le tenancier les soupçonnaient de se laisser aller dans leurs palabres à une insincère nostalgie. Mais tout de même, le regret du bled s'instillait en chacun d'eux jusqu'à certains degrés d'infélicité.



 

A 10h sonnantes, l'inextricable intrication du jour de marché eut lieu, l'humanité déferla, acheta, mangea, glana, s'aima, se désaima, négocia, salit, nettoya et disparut sans qu'il bruine ni qu'il rayonne dans les cieux.

Partager cet article

Repost 0
Edouard Dupas - dans MON CRU
commenter cet article

commentaires

Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives