Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 14:41

 

julia-de-burgos

 

 

Julia de Burgos (1914-1953)

 


A Julia de Burgos

 

 

 

 

 

Déjà, les gens murmurent que je suis ton ennemie,
parce qu'ils disent que dans mes vers je donne ton Je au monde.
Ils mentent, Julia de Burgos. Ils mentent, Julia de Burgos.


Ce qui s'élève dans mes vers n'est pas ta voix : c'est ma voix,
parce que tu es le vêtement et que je suis moi l'essence; et le plus
profond abîme se tient entre les deux.
Tu es une froide poupée du mensonge social,
et moi, la virile étincelle de la vérité humaine.
Tu es du miel des hypocrisies courtisanes; pas moi,
qui en tous mes poèmes me dénude le coeur.
Tu es comme ton monde, égoiste;
pas moi, qui en toute chose joue a être ce que je suis.
Tu n'es que la grave dame distinguée; pas moi,
qui suis la vie, la force, la femme.


Tu appartiens à ton époux, ton maître; pas moi;
je ne suis à personne, ou à tous, parce qu'à tous,
tous dans ma sensation et pensée je me donne.
Tu te frises les cheveux et fardes ta peau, seul le soleil me peint.


tu es dame domestique, résignée, soumise,
attachée aux préjugés des hommes; moi non,
Rossinante galopant débridée
et reniflant les horizons de la justice de Dieu.


Tu ne donnes pas d'ordre en toi même;
tous te commandent; en toi ordonnent l'époux, tes
pères, tes parents, le curé, le modiste,
le théâtre, le casino, l'automobile,
les bijoux, le banquet, le champagne, le ciel
et l'enfer, et ce qu'ils diront bien social.
En moi non, en moi seul mon coeur ordonne,
ma seule pensée règne; celui qui donne les ordres en moi, c'est moi.


Toi, fleur d'aristocratie, et moi la fleur du peuple.
Toi qui possèdes tout et le dois à tous,
cependant que moi, je ne dois rien à personne.
Toi, clouée au statique dividende ancestral,
et moi, chiffre un du diviseur social,
sommes le duel à mort qui s'approche fatalement.
Quand les multitudes courront en émeutes,
laissant derrière elles les cendres des injustices brûlées,
et quand avec la torche des sept vertus,
après les sept péchés, courront ces multitudes,
contre toi, et contre tout ce qu'il y a d'inique
et d'inhumain en ce monde, je serai au milieu
d'elles avec la torche à la main.

 

 

Traduit de l'espagnol par E. Dupas

 

Partager cet article

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERIQUE LATINE
commenter cet article

commentaires

Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives