Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 23:31

 

*

 

A moins qu'il n'ait cette chance physiognomonique exceptionnelle de n'être pas sensible à l'appel de la chair, tout homme est un prédateur sexuel. Tout le problème social réside dans la canalisation de cette prédation;

 

*

 

L'homme a besoin d'une conquête pour accéder à la récompense de la pénétration du vagin. La récompense ne prend sens que par cette conquête.  Un vagin sans portes est une aberration.

 

*

 

Les femmes qui s'offrent rapidement ou qui cherchent directement l'acte sexuel inspireront la même répugnance à l'homme qu'un arbuste malingre au puissant bûcheron ou qu'une proie docile se couchant devant le canon du chasseur.

 

Le rôle de la femme est de faire entrevoir le mystère, et laisser entendre que l'acte sexuel serait un graal de plaisir inouï, un sommet de félicité. Plus ce sommet sera difficile d'accès, plus il  une exigera une difficile conquête, une cour disciplinée, plus il sera désiré et aguillonnera l'homme dans sa moelle de prédateur, plus il justifiera et exaltera la quête.

 

*

 

Pourquoi l'homme ment-il d'amour à la femme ? Pour accéder à l'acte sexuel, qui seul l'intéresse. Pourquoi doit il consentir à donner vie et forme à cette fiction, à cette illusion évidente qu'est l'amour, qui ne sert que de masque grossier à la pure et barbare copulation ? Pourquoi doit il faire en sorte que la femme croit fermement en cette fiction, pourquoi ne pas annoncer d'emblée que seul l'acte sexuel le fait se mouvoir ?  Parce que s'il n'agissait pas ainsi, d'abord l'homme perdrait le plaisir incomensurable de la conquête, et d'autre part il ne pourrait en aucun cas accéder à l'acte sexuel tel que produit par la femme amoureuse, qui est  infiniment différent de l'acte sexuel produit par la femme qui se donne ou se vend.

 

*

 

La femme, comme le souligne si judicieusement Flaubert, de par sa nature de proie sexuelle, disposant pour seule marge du choix de son prédateur, a coeur et cul cousus ensemble. Qui pénètre un vagin penètre (ou profane) un coeur.

 

 

*

 

La femme est une proie. Elle ne peut aucunement, sans le secours d'instruments, violer un homme. Elle peut cependant éprouver une certaine joie d'être proie ; cela se lit à sa constante passion de l'apprêtement, du parement, sa volonté d'être proprement appétissante.

 

*

 

Seule l'extrême disette sexuelle pourra convaincre le prédateur homme de se contenter de femmes qui s'offrent aisément ou qui vendent l'acte sexuel.

 

*

 

Les femmes peuvent renoncer à la sacralité du graal sexuel : offrir le vagin tacitement par ambition économique et sociale, ou par une autre condition extérieure. Mais l'acte sexuel obtenu si aisément  ne sera qu'un pis aller, un soulagement passager pour l'homme.

 

*

  Parce que de l'homme et de la femme, c'est l'homme qui est le plus fort au plan purement musculaire,

L'émancipation de la femme, sa sortie de la minorité et son accession aux mêmes privilèges sociaux et économiques que l'homme demeurera toujours soumise et conditionnée à l'assentiment de l'homme ou à sa mystification. Que l'homme cesse de croire en la fiction de l'égalité des sexes et s'en sera fini de ces temps d'ascension féminine.

 

*

 

Beaucoup de femmes envient la condition d'homme. Peu d'hommes envient la condition de femme.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans COPEAUX DU JOUR
commenter cet article

commentaires

Alice 08/03/2012 13:41

Oui effectivement , c'est plutôt pessimiste ..

Désirée 10/06/2011 12:42


Ouais. C'est une vision très sombre Edouard, mais malheureusement je suis d'accord avec toi. Le pire étant à mes yeux que nombre d'hommes reprochent aux femmes leur rouerie quand selon moi elles
n'ont que la ruse pour se protéger du prédateur. Le choix de celui qui la viole, quel choix! horrible destin de millions de femmes, jeunes filles, fillettes mariées de force à de vieux barbons qui
les mutilent en leur défonçant le sexe à grands coups de reins. Horreur, grande horreur humaine.

Alors selon toi il n'y aurai aucun espoir? toute relation ne serait que pauvre commerce? et si moi je veux croire à l'amour malgré tout? Parce que je crois qu'il y a des hommes qui ne sont pas que
des prédateurs, mais des êtres humains. Pas beaucoup certes, mais toi-même comment te définis-tu? prédateur?


poesie-et-racbouni.over-blog.com 11/06/2011 13:47



Tout ça n'est pas définitif ! Il s'agit juste de percevoir selon le plus lucide pessimisme... Mais en toute honnêteté, je me conçois tout de même oui prédateur, prédateur en rétention
intérieure...


L'amour est un sorte de mixture d'empathie, de réciprocité, de tendresse et de douceur combative...



Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives