Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 15:21

 aral noir blanc

 

La gelée d'Aporie

 

En filigrane de ce monde

il y a le doute incommensurable;

 

 J'envie les hommes aux racines fermes,

roseaux pensants qu'aucune bourrasque

ne fait ciller. Ils ont de la vraie sève en eux

et cette sève fait sens.  Beaux hommes !

J'envie aussi les difformes qui ne sont que

l'envers des beaux, et dont la fermeté inverse

est le revers de la médaille humaine.

Ils sont la dignité mutilée, mais la dignité quand même.

 

Moi, loin de ces admirables,    

demeure parfaitement et douloureusement informe;

éponge, glaise et chaméléon tout à la fois,

j'ai longtemps été trituré, manipulé, imbibé par mon environnement;

mais cela ne déboucha sur rien : je suis resté informe;

encore aujourd'hui

une brise, un baiser, quelques mots, un soufflet

suffisent à me défaire de ma forme toujours provisoire,

à me modifier, me sculpter, me démolir ou me remodeler tout entier.

 

Il me semble en vague souvenance (mais j'en suis peu sûr)

que, petit, je me suis laissé tombé  (ou avais je été poussé ?)  

dans la gelée d'Aporie

(qui n'est pas l'ardeur solaire de la lucidité).

 

Je ne sais plus par quel précipice j'ai chu (mais suis-je vraiment tombé ?) :

Un trou dans un livre ou une parole ou dans l'herbe,

ou le gouffre interne de la cervelle ?

mais la gelée d'aporie est bel et bien ma prison

ma prison enfantine, ma prison infinie, 

marmelade labyrinthique où mes pieds sont pris;

(ou étaient ce mes mains ? mais qu'est une main ?)

j'ai supposé alors (mais qui suis je pour supposer des choses?)

qu'il ne faudrait plus compter sur moi

pour bâtir des civilisations

des croyances fermes

ou mener des hommes au front de la vie

 

car

(il fallait s'y attendre avec une telle informité, à moins que... non... si ? non ?)

Je suis dévoré d'un doute 

centripète et centrifuge;

je doute sur moi même

je doute autour de moi

je doute sans relâche

et de ce doute même,

je doute comme un lâche.

Même ce deuxième doute,

j'en doute

et je redoute

qu'un autre doute

n'aille se superposer encore à ces doutes.

Goutte à goutte

les doutes s'ajoutent

et cela me coûte, et cela me coûte

de ne savoir si peut être...

Humaines joutes  !

sont elles ? ne sont elles pas ?

Beaux, diformes, gelée, prison, illusion ?

Un dieu me dupe ? Ou deux dieux ? dix ? 

Christ est il ? me sourit il pas ? La pierre, l'arbre,

La cicindèle, le poisson d'argent, vraiment réels ?

Solipsisme effarant ?

quelque chose indicible

innommé innommable qui nous gouverne

ou ne nous gouverne pas, ou un peu, ou beaucoup ? 

Suis je un pantin, suis je libre de mes pas ?

cette liberté est elle voulue du cosmos ou pas ?

Vivre, mourir ?

ah, je ne sais pas.

Le mieux serait peut être

de n'y penser pas

mais le fait est que ce doute est là

comme un point de côté

qui ne s'en va pas...

 

quelle déroute 

que ce doute

qui doute, qui doute, qui doute...

Partager cet article

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans MON CRU
commenter cet article

commentaires

Langda 02/07/2011 08:55


Rien n'est certain, c'est sûr !


Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives