Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 23:50

P1130202

 

 

Synchiropus et Strophidon

 

 

Le petit dragonnet aux couleurs chatoyantes, telles que s'il avait subi le pinceau fantaisiste de quelque peintre chinois, frétillait dans le bassin. Une immense angoisse agitait frénétiquement son corps cylindré et bleuâtre. L'homme l'avait plongé dedans d'une main vigoureuse, et pour tout dire, carrément balancé dans l'eau tiède pour s'en débarasser une bonne fois pour toutes. Car ce simple employé d'aquarium municipal, qui, adolescent, se rêvait magistrat, et dont la vie quotidienne constituait un échec inlassablement répété quoique acceptable, avait en horreur absolue la sensation de la chair fraîche et gluante d'un poisson se tortillant en tous sens dans sa paume. Cette sensation déclenchait en lui des éclairs, et le faisait tressaillir jusqu'à la nausée. 

 

"Et allons, un de plus !"

 

marmonna il en inscrivant au feutre le matricule du poisson dans le petit calepin qu'il tenait à l'accoumtuée nichée derrière son oreille gauche : "synchiropus splendidus, 134667 BF 9". Il observa un temps le brillant poisson se démener dans l'élément, s'essuya les mains en se les frottant contre les aisselles et émit un pet sonore qui résonna dans toute la salle de manière assez forte pour le faire rire seul. Il se tapa enfin la panse qu'il avait rebondie, signifiant ainsi sa faim. Il était temps d'aller s'ingurgiter une bonne platrée de crozets au gruyère fondant, menu du midi à la cantine. L'employé quitta les lieux, abandonnant l'aile ouest du jardin des poissons où régnait un calme presque infini. Pas un bruit, pas même un robinet fuyant ou un quelconque gargouillement de tubes. Pas un poisson n'agitait ses nageoires, l'écailleuse engeance sommeillait à l'unisson dans les bassins. Tous, sauf le dragonnet.

 

Le directeur de l'aquarium avait nommé ce dragonnet "Gilbonce". Incurable paternaliste, il s'était donné l'excentrique habitude d'attribuer des patronymes à tous les poissons de son établissement, pour mieux se les approprier et les infantiliser. Mais en ce jour, la frâiche et exotique nouvelle recrue de l'aquarium perturbait la sérénité du lieu, s'agitant comme un diable dans le bassin central de l'aile ouest. "Gilbonce" était effaré, son coeur battait comme un tambour, et son affolement était tel qu'il en venait à se heurter aux quatre paroies vitrées de sa nouvelle prison. Il suffoquait, semblait se débattre contre des ennemis invisibles, se faufilant de temps à autres dans la roche moussue et scléractinaire disposée dans le fond du bassin. Ce dragonnet n'avait encore jamais goûté à une eau si tiédasse, subi un environnement si torpide. Et pour cause ! le bedonnant employé, pressé par son envie de manger et répugné du contact visqueux l'avait par mégarde et précipitation jeté dans le mauvais bassin, celui de "la vieille Nadine". Nadine, comme avait affectueusement surnommée le directeur l'énorme et acariâtre murène strophidon tachetée qui y logeait, dormait si bien, nichée dans sa tanière entre les rochers, qu'elle n'avait rien remarqué. Mais le dragonnet ne pouvait guère espérer passer longtemps inaperçu dans une telle promiscuité.

 

Il était certain que si l'atrabilaire serpent de mer avait pu voir l'employé se tromper de la sorte et plonger un intrus dans sa jalouse demeure, il l'aurait sans hésiter sanctionné d'une morsure de la main à pleines aguilles, et se serait arrangé pour expulser le dragonnet, ou l'écraser à grand coup de queue, queue qu'il avait d'ailleurs aussi longue que puissante.

 

Intrus involontaire et éperdu, Gilbonce était encore en train de nager en tous sens, lorsqu'il vit soudain, au détour d'un choeur d'anémones, l'immense murène surgir devant lui, avec la gueule largement ouverte et des yeux fixes terrifiants.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Edouard Dupas - dans MON CRU
commenter cet article

commentaires

Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives