Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 21:34

 

 

aral-sea-deux.jpg

 

Une éthique

 

 

 

Quand je sors

j'ai toujours sur moi

mon éthique en bandoulière.

 

Une éthique, et la mienne en l'occurence,

est et sera toujours utile en ce monde

où le revolver, l'interrogatoire, la cuisse, la faim et l'or

vous attendent à chaque coin de rue.

 

Une éthique

moins encombrante

qu'une encyclopédie

qu'une calculette

qu'un téléphone

qu'une arme

mais qui pourtant va bien au delà de tout cela.

 

Quand je suis arrivé en ce monde,

mes pauvres parents étaient affolés

que je sois bien doté d'une éthique

aussi tentèrent ils maladroitement

(mais quel parent n'est pas maladroit?)

de m'en coudre une au coeur.

 

Aussi juste qu'elle pouvait être

cette éthique me perçait l'aorte

me faisait saigner

et je ne pouvais la garder longtemps sans subir un sérieux dommage

 

atteignant les âges de la conscience

je m'employais donc à découdre patiemment

 cette éthique douloureuse

et me mis en chemin, flânant de par ce monde

pour remplir ma besace

dans laquelle un jour je trouverai mon éthique.

 

Le livre, autrui me la remplirent au delà de toute espérance.

 

Et ce fut un jour, un jour bien précis

sur lequel je ne saurais mettre de date

qu'après avoir vu les continents

et les hommes peuplant ces continents

qu'une éthique vit le jour dans ma besace.

 

Une éthique,

une éthique suprêmement modeste

une éthique de débutant

une éthique dure comme du diamant, mais sans valeur marchande aucune

une éthique à nourrir jusqu'à la mort

une éthique dont le commandement suprême n'était pas bien long à réciter.

 

ne fais point à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'il te fasse

et fais à autrui ce que tu voudrais que l'on te fasse

 

Partout où je rencontrais ceux et celles

qui me donnaient à boire et à manger

quand la soif et la faim me tiraillaient de concert

ceux et celles qui me faisaient la conversation

c'est à dire avec qui nous façonnions des échelles

chacun apportant son échelon

pour qu'ensemble, au fil des échelons

nous nous hissions

au firmament du délire et de la vérité

ceux et celles qui me rappelaient que j'avais une éthique

en bandoulière quand je l'oubliais

 ceux qui me laissaient seuls me dépêtrer avec elle

c'est à dire ceux et celles qui avaient eux aussi une éthique

et qui ne l'auraient échangé ou vendu pour rien au monde

j'étais un homme heureux d'être sur cette terre

même pour mourir.

 

 

"Ne fais point à autrui ce que tu ne voudrais point que l'on te fasse

mais fais à autrui ce que tu voudrais que l'on te fasse."

 

 

Et quand j'avais bien infusé ces quelques mots dans le magma de ma tête

je mesurais combien la tâche qui nous attend chaque jour est colossale

presque impossible, inhumaine

à nous qui ne sommes que des quadrupèdes redressés depuis peu

et qui savons à peine nous servir de ce prodigieux  moteur de nerfs qui préside à notre corps

à nous autres, qui oscillont encore entre le reptile et le singe,

à nous autres observer cette éthique

la cultiver et la nourrir et la désaltérer sans fin

 

 

Et pourtant il le faut bien

 

 

Partager cet article

Repost 0
Edouard Dupas - dans MON CRU
commenter cet article

commentaires

Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives