Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 19:44

 

viriato-da-cruz.jpg

 

Viriato Clemente Da Cruz (1928-1976), poète angolais

 

 

Cour (Namoro)

 

Je lui ai envoyé une lettre au papier parfumé,

et de ma plus belle écriture je lui ai dit qu'elle avait

un sourire lumineux si chaleureux et gai

comme le soleil de novembre jouant à l'artiste dans les acacias fleuris,

propageant des diamants sur les franges de la mer 

 et donnant chaleur au jus des mangues


que sa douce peau - était du kapok*...

que sa douce peau - avait la couleur du jambosier*, parfumée aux roses

si ferme et si douce - comme le maboque*

que ses seins étaient des oranges - des oranges du Loje*

ses dents - de l'ivoire...

Je lui ai envoyé cette lettre et elle a dit non.

 

Je lui ai envoyé une carte

que l'ami Maninho avait typographié :

"Mon coeur souffre pour toi"

dans un chant - Oui, dans l'autre - Non

et elle n'a pas adoucit son chant.

 

J'ai envoyé un message à Joseph le septième

en demandant, en suppliant à genoux,

par Notre Dame du Cap, par Sainte Iphigénie,

qu'il me donne la joie de son amour...

Mais elle a dit non.

 

J'ai envoyé à Grand mère Chica, sorcière de renom,

le sable de l'empreinte que son pied avait laissé

pour qu'elle lui jette un sort puissant et sûr,

et qu'un amour aussi fort que le mien naisse en elle...

et le sort a échoué.

 

Je l'ai attendu l'après midi, à l'entrée de l'usine,

je lui ai donné un collier, un anneau et une broche,

je lui ai payé des bonbons sur le trottoir de la Mission,

nous sommes restés dans une banque de la place de la Statue,

j'ai touché ses mains... Je lui ai parlé d'amour... Et elle m'a dit non.

 

Je marchais hirsute, sale et sans chaussures,

comme un monangamba.

On me cherchait :

"- N'as tu pas vu (ai, n'as tu pas vu ?), n'as tu pas vu Benjamim ?"

et on m'a retrouvé perdu dans un bidonville de Samba*.

 

Pour me distraire 

on m'a emmené au bal de la Saint Janvier

mais elle y était, dans un coin à rire,

racontant mon malheur 

aux plus belles filles du quartier des travailleurs.

 

On a joué une rumba - j'ai dansé avec elle

et dans un pas fou nous avons volé dans la salle

comme une étoile striant le ciel !

et la bande s'est écriée : " Ai, Benjamim !"

je l'ai regardé dans les yeux -elle m'a sourit

je lui ai demandé un baiser - et elle m'a dit oui.

 

traduit du portugais par E. Dupas et Cassio Duarte.

 

Lexique :

*kapok fibre végétale que l'on tire de fruits de plusieurs arbres de la famille des Bombacaceae

*jambosierLe jamrosat (Syzygium jambos), ou jambrosade, jambosier, jam-rose, pomme rose est un arbre de la famille des Myrtacées.

*maboque : fruit du Maboqueiro, ou Strychnos spinosa, communément appellés "orange de singe".

*Loje : cours d'eau de l'Angola.

*Samba : une des municipalités de Luanda, capitale de l'Angola.


 

Partager cet article

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AFRIQUE
commenter cet article

commentaires

Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives