Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 15:10

 

Voici un poète

 

                           "ça" 

                         T. Corbière

 

I)

 

Saperlipopette !

Voici un Poète.

 

Rien de bien spécial,

à première vue.

Un piéton banal

traînant dans la rue

 

d'une quelconque ville.

Il arbore un jean

c'est un parmi mille

qui bois dors et dîne.

 

comme tout citoyen,

il a nom : 14Efr46857

ou peut être :1458ZG7

 bipède moyen !

 

Mais il a en tête,

malheureux perdu,

une petite bête

qu'on n'délogera plus.

 

Ce microbe rare

mange le cerveau.

Il vous met à part

dans l'humain troupeau.

 

Parfois c'est un père

un peu trop lettré

une rime trop claire

qui vous le transmet.

 

Nul ne sait quel diable

fait qu'on le contracte;

mais c'est incurable

cette cataracte !

 

Ce virus antique

ce mal intérieur

c'est comme une tique

qui vous pompe le coeur.

 

C'est la Poésie !

maladie des fous

qui sans courtoisie

s'empare de vous.

 

De pleins bataillons 

d'hommes en sont morts;

souvent en haillons

rarement cousus d'or.

 

Elle vous rend dévôt

de littérature;

avec elle les mots

deviennent confiture

 

sur le pain de Vie,

on n'sait plus faire sans;

alors on dévie

des chemins courants.

 

Pour elle le réel

n'est qu'réalité,

et c'est criminel 

de s'en contenter !

 

Vivre en oscillant

de la pitance au

divertissement :

sous-humain, ce lot !

 

Rien ne se mesure

à la sonore Beau

-té, (ni pain, ni air pur)

des mots mariés, des mots ! 

 

 

 

II)

 

"Qu'était ce cette bulle

où j'étais avant ?

Quel somnambule

dormant en vivant ?"

 

"Il faut corriger

toute la Création

avec la beauté

d'humaines inventions !"

 

Alors d'abord il lit

un, deux, cent livres

et il prend le pli :

seul l'art délivre !

 

Il veut jouir sans trêve

de toutes les oeuvres

il brûle il crève

de ces douces couleuvres !

 

Deuxième symptôme :

il lui prend d'écrire;

pas pour des diplômes :

mais pour découvrir

 

le puits qu'est le soi.

Ah, que c'est profond!

il ne se savait roi

de tels tréfonds !

 

le puits cache une mer

un océan vaste;

il plonge au mystère

incrédule et chaste.

 

Au début il nage

comme un débutant.

il imite sage

les nageurs d'antan.

 

Mais plus il explore

et plus il rapporte

en surface un or

d'une étrange sorte.

 

C'est l'or de ses mains

perles inédites,

peut être demain

vérité, hadith !

 

Le virus diffuse

en sa veine molle

le jus de la ruse

poétique et folle

 

Le voilà Sisyphe

un peu Pygmalion

prométhé fautif

Narcisse, Phaéton !

 

Agencer les mots

pour des étincelles

fabriquer du Beau

fabriquer des belles !

 

Il ne saura plus

faire que cela.

Glorieusement exclu

il se fera rat.

 

Troisième symptôme :

il sera encein-

te ad libitum

d'ouvrages incertains.

 

Il est bel et bien

perdu pour la norme.

On le dira chien

fou, idiot énorme

 

"On" aura raison...

Ou pas, ça messieurs,

dépendra du bon

 Vouloir des Cieux

et du vieux Temps 

omnipotent...

 

 

III)

 

Curieuse planète

qui s'entête, s'entête

à faire des poètes

qu'on conspue, qu'on rejette

puis qu'on adule, bête.

 

Comme les arrêtes

dans les poissons,

les poètes maçons

sont le squelette

caché sous la chair

des tribus blettes

qui ne les voient pas.

mais c'est comme ça.

 

Singuliers poètes

hantés de gypaètes

planant sur les crêtes

de l'éternel ennui

du montagneux oubli

 

O richesses abstraites

O misère concrète,

Pauvres âmes seulettes...

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans MON CRU
commenter cet article

commentaires

giuliana gironi 30/06/2011 22:14


J'imagine, ça n'a pas grande importance... chacun ses références : )... on a pas le même âge.... c'était plutôt en réponse à l'autre commentaire : )))

bonne soirée


giuliana gironi 30/06/2011 05:56


Peut-être un peu de ferré (poètes vos papier) et dieu sait si j'aime ferré, un peu de Villon notamment avec "Mes chiottes" juste une analogie entre "frères humains" et "Amis humains" ? : ) mais on
s'en fout un peu je sais combien les comparaisons peuvent être irritantes parfois.
celui-ci est un joli et désespéré constat de l'état de l'artiste maudit, l'artiste dépassé par son imaginaire et qui peu se nicher aussi bien chez les poètes que chez les peintres et chez tout ceux
pour qui la "vie réelle" n'est qu'un monde parallèle.... il y a des images que j'aime comme par exemple "il sera enceinte ad libitum d'ouvrages incertains" : ))
Chaque vers pourrait nécessiter une image mon cher edouard... c'est bien là qu'est la difficulté de créer une dessin pour un poème... il faut en comprendre l'essence pour éviter de se limiter à
"l'illustration" : )
Je serai ravie de tenter l'expérience, enfin, tout au moins d'essayer.
je lirai la suite de ton travail....

artistiquement : )

Giuliana


poesie-et-racbouni.over-blog.com 30/06/2011 16:35



Merci de ta visite !


Je n'avais pas spécialement pensé à ferré ou à villon en faisant tout cela, mais pourquoi pas !


N'hésite pas à poursuivre la visite du blog !


 


  je suis heureux d'apprendre que tu es intéressé par l'idée d'une collaboration


 


à très bientôt


 



ignatius 22/06/2011 12:27


Hum... le premier me semble très bon, j'y ai cru entendre Ferré parfois. Le deuxième abrite de bien beaux vers. Le troisième est peut-être le plus abouti, j'ai du mal à juger là.


poesie-et-racbouni.over-blog.com 24/06/2011 15:21



Eh bien, eh bien , tu m'en diras tant !



Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives