Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 23:46

Bryan-Thao-Worra-2-IFP.jpg

 

Bryan Thao Worra (1973 - ), poète américain d'origine laotienne 

 

 

Sur un escalier à Luang Prabang*

 

Marche à travers la vie comme tu voudras,

un millier de chemins, un millier d'endroits.

 

Porte un foyer dans ton coeur

ou passe des années à chercher la porte

où ton âme sourira toujours.

 

Facilites- tu le chemin pour les autres

ou seulement pour toi ?

 

N'escalades-tu de hautes montagnes

que pour les laisser inchangées ?

 

Un jour, les hauteurs sacrées du Mont Phou Si*

s'affaisseront en douces vallées.

Et nous,  plus que des souvenirs.

 

Mais les enfants de nos enfants ?

 

Auront-ils, eux aussi, une raison de sourire,

comme ces étrangers rêveurs

qui ont fini leur escalier

pour nous ?

 

 

Lexique :

*Luang Prabang : Ville portuaire située au nord du Laos (70 000 hab); ancienne capitale royale du Lan Xang et site inscrit au patrimoine UNESCO.

* Phou Si : Colline/mont situé(e) au coeur de la vieille ville de Luang Prabang; il est bordé de part et d'autre par le Mékong et le fleuve Nam Khan. Le mont Phou Si est un site religieux important qui abrite de nombreux temples bouddhiques.  

 

texte issu du recueil "Entre les âmes" (Between Souls)

traduit de l'anglais par E. Dupas

 

 


Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 20:56

bukowski1-copie-1

 

Charles Bukowski (1920-1994)

 

 

Seul avec tout le monde

 

La chair couvre les os

et ils mettent un esprit

dedans et 

parfois une âme,

et les femmes cassent

des vases contres les murs

et les hommes boivent

trop

et personne ne trouve

son pendant

mais tous continuent

de chercher

de ramper d'un lit à l'autre.

La chair couvre 

les os et la chair

cherche plus 

que la chair.

 

Il n'y a aucun espoir;

nous sommes tous piégés

par un destin

singulier.

 

Personne ne trouvera jamais

son pendant.

 

la ville se remplit d'ordures

les décharges se remplissent

les asiles se remplissent

les hôpitaux se remplissent

les cimetières se remplissent

 

Rien d'autre 

ne se remplit.

 

 

Traduit de l'anglais par E.Dupas

 

 


Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 17:21

richard brautigan

 

Richard Brautigan (1937-1984)

 

Poème d'Amour

 

C'est si bon

de se réveiller le matin

tout seul

et  ne pas avoir à dire à quelqu'un

que vous l'aimez

quand vous ne l'aimez

plus
 

 

 

traduit de l'anglais par E. Dupas


Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 16:55

richard brautigan

 

 

Richard Brautigan (1935-1984)

 

La première neige d'hiver

 

 

Oh, jolie fille, tu t'es prise au piège

dans le mauvais corps. 20

livres supplémentaires pendent comme une grumeleuse

tapisserie sur ta nature mammifère parfait.

 

Il y a trois mois tu étais comme un

cerf qui regarde la première neige d'hiver.

Maintenant Aphrodite te fait la nique

et raconte des histoires dans ton dos.

 

 

traduit de l'anglais par E.Dupas

 

 


 

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 10:37

allen-ginsberg.jpg

 

 

Allen Ginsberg (1926-1997)

 

 

Aller vers le Lion pour tout en prendre - Une ballade

 

 

               "Je suis rentré et j'ai trouvé un Lion dans ma chambre"...

                     [Première ébauche pour "Le Lion pour de vrai" CP 174-175]

 

 

Un lion a rencontré l'Amérique
sur la route
ils se sont regardés 
deux personnages à la croisée des chemins dans le désert.

L'Amérique a hurlé
Le lion a rugi
Ils se sont jettés l'un sur l'autre 
L'Amérique prête à tout pour gagner
Se battait avec des bombes, des lance-flammes,
des couteaux, fourchettes, sous-marins.

Le lion a mangé l'Amérique, lui a arraché la tête de ses crocs  
et l'a fait rouler  sur les collines dorées 
c'est tout ce qu'il y a à dire
de l'Amérique, excepté
que maintenant elle est

de la merde de lion répandue partout dans le désert.

 

 

traduit de l'anglais par E. Dupas


Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 00:00

bukowski1

 

 

Charles Bukowski (1920-1994)

 

 

Pluie ou Eclat

 

 

Les vautours au zoo
(tous les trois)
sont perchés très calmement dans leur
arbre encagé
et dessous
sur le sol,
des morceaux de viande pourrie.
Les vautours sont plus que repus.
Nos impôts les ont
bien nourri.

Nous passons à la cage
suivante.
Un homme est dedans
assis sur le sol
à manger
sa propre merde.
Je reconnais en lui
notre ancien facteur.
Son expression préférée
était  :
"Passez une belle journée"

Ce jour là elle le fut pour moi.

 

 

Traduit de l'anglais par E. Dupas

 

 

 

 

 

 

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 23:26

 

Gregory_Corso.jpg

 

 

Gregory Corso (1930-2001)

 

 

Ordonnance sur les traces du Harlem portoricain

 

 

Il y a une vérité qui limite l'homme

une vérité qui l'empêche d'aller plus loin

 

le monde change

le monde sait qu'il change

Lourde est la tristesse du jour

les vieux ont l'apparence du destin

les jeunes prennent leur apparence pour le destin

c'est la vérité

mais ce n'est pas toute la vérité


La vie a du sens
et je ne connais pas ce sens
même quand j'ai senti qu'elle n'avait pas de sens
j'ai espéré et prié et cherché un sens
ce n'état pas un ébat poétique
il y avait des dûs à payer
invoquer la Mort et Dieu
j'ai eu l'audace sauvage de les attaquer
la Mort n'a eu aucun sens sans la Vie


oui le monde change
mais la Mort reste la même
elle retire l'homme de la Vie
le seul sens qu'il connaisse
et généralement c'est une triste affaire
cette Mort

J'ai eu une innocence j'ai eu un sérieux
j'ai eu un humour pour me sauver d'une philosophie à la petite semaine
je suis capable de contredire mes croyances
je suis capable capable
parce que je veux connaître la signification de tout
pourtant je m'asseois comme un brisement
gémissant : Oh quelle responsabilité
je mets sur tes épaules Gregory
La Mort et Dieu
Dur, dur c'est dur

J'ai appris que la vie n'était pas rêve
j'ai appris que la vérité est trompeuse
l'Homme n'est pas Dieu
La vie est un siècle
la Mort un instant

 

 

Traduit de l'anglais par E. Dupas


Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 23:03

bukowski1-copie-1.jpg

 

 

Charles Bukowski (1920-1994)

 

 

Tirez un fil, une marionnette bouge

 

 

Chaque homme doit se rendre compte

que tout peut disparaître

très rapidement :

le chat, la femme, le boulot,

le pneu avant,

le lit, les murs, la chambre;

tous nos besoins

y compris l'amour

reposent sur des fondations de sable

et sur n'importe quelle cause donnée,

aussi éloignée qu'elle puisse paraître :

la mort d'un garçon à Hong Kong

ou un blizzard à Omaha

peuvent faire votre perte.

Tous vos articles de porcelaine s'écrasant

sur le sol de la cuisine,  votre fille entrera

et vous serez là, debout, ivre,

au milieu des bris, et elle demandera :

"mon Dieu, c'est quoi le problème ?"

et vous répondrez : "Je ne sais pas,

je ne sais pas..."

 

 

Traduit de l'anglais par E. Dupas

 

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 22:53

bukowski1.jpg

 

 

Charles Bukowski (1920-1994)

 

 

Paris

 

 

Je n'ai jamais

même en des temps plus calmes

au grand jamais
rêvé de

rouler à bicyclette à travers

cette ville

en portant

un béret

 

Et

Camus
m'a toujours

emmerdé.

 

 

Traduit de l'anglais par E. Dupas

 


Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 19:42

richard brautigan

 

 

Richard Brautigan (1935 -1984)

 

 

 

La Pilule VS La catastrophe de la mine de Springhill

 

 

Quant tu prends ta pilule,

c'est comme une catastrophe à la mine.

Je pense à tous les gens

perdus à l'intérieur de toi.

 

 

Traduit de l'anglais par E. Dupas

 

 


Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article

Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives