Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 09:08

 sexton-copie-1.jpg

 

Anne Sexton (1928-1974)

 

 

Ballade de la masturbatrice solitaire

 

La fin de la liaison est toujours la mort.

Elle est mon atelier. L'oeil glissant,

hors de la tribu de moi-même, mon souffle

découvre que tu es parti. J'horrifie

ceux qui se tiennent là. Je suis nourrie.

La nuit, seule, j'épouse le lit.

 

Doigt à doigt, elle est maintenant mienne.

Elle n'est pas trop loin. Elle est ma rencontre.

Je la bats comme une cloche. Je m'allonge

sous la tonnelle, là où tu la montais.

Tu m'empruntais sur le tapis de fleurs.

La nuit, seule, j'épouse le lit.

 

Prends par exemple cette nuit, mon amour,

où chacun des couples s'assemble

dans un retournement conjoint, au dessous, au dessus,

les deux abondants sur l'éponge ou la plume,

s'agenouillant et poussant, tête conter tête.

La nuit, seule, j'épouse le lit.

 

Je me libère de mon corps de cette manière,

d'un irritant miracle. Pourrais-je

mettre le marché du rêve à l'encan ?

Je suis étalée. Je crucifie.

Ma petite prune, comme tu le disais.

La nuit, seule, j'épouse le lit.

 

Alors, ma rivale aux yeux noirs vint. 

La dame de l'eau, se levant sur la plage,

un piano aux doigts, la honte

sur les lèvres et un discours de flûte.

Et à la place je devins le balai cagneux.

La nuit, seule, j'épouse le lit. 

 

Elle t'as pris comme les femmes prennent

une robe en solde au présentoir

et je me suis brisée comme une pierre.

Je rends tes livres et ton attirail de pêche.

Le journal du jour annonce que vous êtes mariés.

La nuit, seule, j'épouse le lit.

 

Les garçons et les filles ne font qu'un ce soir.

Ils déboutonnent les chemisiers. Ils ouvrent les braguettes.

Ils retirent leurs chaussures. Ils éteignent la lumière.

Les créatures luisantes sont pleines de mensonges.

Elles s'entre-dévorent. Elles sont gavées.

La nuit, seule, j'épouse le lit.  

 

 

traduit de l'américain par E. Dupas

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article

commentaires

Nounedeb 29/05/2012 17:22

Si je mets ronron, on va encore se foutre de moi.

poesie-et-racbouni.over-blog.com 29/05/2012 18:29



Ben oui, hein.



Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives