Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 16:45

 

bukowski1

 

Charles Bukowski (1920-1994)

 

Jeune à la Nouvelle Orléans

 

Ici à crever la dalle, assis autour des bars,

la nuit errant dans les rues pendant des heures,

le clair de lune m'avait toujours l'air faux,

peut être qu'il l'était,

et dans le quartier Français je regardais

les chevaux et les fiacres passer,

tout le monde haut perché dans les carosses

ouverts, avec le chauffeur noir, et assis derrière

l'homme et la femme,

en général jeunes, et toujours blancs.

Et j'étais toujours blanc

et à peine charmé par le monde.

La Nouvelle Orléans était un endroit

où se cacher.

Je pouvais foutre ma vie en l'air

sans être inquiété,

excepté par les rats.

Les rats dans ma petite chambre sombre,

ça leur déplaisait de devoir la partager avec moi.

Ils étaient gros et intrépides

et  me fixaient avec des yeux

qui parlaient sans ciller

de la mort.

 

Les femmes m'étaient inacessibles.

Elles voyaient quelque chose de dépravé en moi.

Il y avait une serveuse

un peu plus vieille que moi,

qui me sourit et s'attarda

en m'apportant du café.

 

C'était déjà beaucoup pour moi,

c'était suffisant.

 

Il y avait quelque chose avec cette ville,

bien qu'elle ne m'ait pas laissé me sentir coupable

de ne pas être bouleversé par les choses

dont tant d'autres avaient besoin.

Elle me laissa seul.

 

Assis sur mon lit

les lumières allumées,

à entendre les sons

de l'extérieur,

à soulever ma bouteille

de vinasse bon marché,

laissant la chaleur 

du raisin

me pénétrer

tandis que j'entendais les rats

se déplacer dans la chambre;

je les préférais aux humains.

 

Être paumé,

être fou, ce n'est peut être 

pas plus mal

si l'on peut être tranquille

de cette façon;

 

La Nouvelle Orléans m'a donné ça.

Personne ne m'a jamais appelé par mon nom.

 

Pas de téléphone,

pas de bagnole,

pas de boulot,

rien.

 

Moi et les rats

et ma jeunesse,

une fois,

ce temps où je savais,

que même à travers le néant,

avait lieu la célébration

de quelque chose

qui n'était pas à faire,

mais seulement

à savoir.

 

traduit de l'anglais par E.Dupas

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
poesie-et-racbouni.over-blog.com - dans POESIE AMERICAINE
commenter cet article

commentaires

Racbouni

  • : Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • Le blog de poesie-et-racbouni.over-blog.com
  • : Plus qu'un simple réceptacle du cru de l'auteur E. Dupas, le blog de Poésie et Racbouni est la fenêtre francophone la plus grande ouverte sur la poésie mondiale du web : Europe, Amériques, Chine, Afrique, Océanie, rien n'est exclu. De Borges à Bukowski, en passant par Kwesi Brew, Hone Tuwhare, Juhan Liiv, Richard Brautigan ou Bai Juyi, découvrez (ou redécouvrez) les plus grands poètes des quatre coins du monde adaptés en français par l'auteur.
  • Contact

Recherche

Archives